Apprendre le tricot en moins d’une heure

Aha! En voilà un titre d’article racoleur!

Publicités
Aha! En voilà un titre d’article racoleur!
J’ai commencé à tricoter au mois d’octobre 2016. C’est donc encore très frais dans mon esprit.
À l’aide d’un livre et de petites vidéos dénichées sur Youtube (que vous retrouverez à la fin de l’article) je me suis lancée dans cette « aventure« .
Alors d’abord: pourquoi?
Bah oui Simone! C’est quand même un truc de vieille folle aux chats! Et à quoi bon puisque si tu veux une écharpe et un bonnet tu n’as qu’à filer chez Zara ou H&M? !

Alors oui Mireille, mais justement! J’en ai assez d’avoir les mêmes affaires que tout le monde…
Vous avez vu ce compte Instagram @thatcoat qui est allé chercher sur les réseaux sociaux toutes les photos des filles qui avaient acheté le MÊME manteau bleu et blanc chez Zara?
Perso, ça me déprime!
Je préfère prendre du temps pour imaginer et concevoir ma f*****g écharpe que de continuer dans ce moule.
Cultivons notre unicité! Bordel de nouille!
Mais aussi, je trouve important de savoir faire les choses pour en connaître la valeur, et ça vaut aussi pour le fait de savoir réparer un robinet.
Depuis que je sais tricoter, croyez-moi je regarde les écharpes (entre autre) d’une manière complètement fascinée! Je peux passer une demie heure à regarder un bonnet sous tout les angles pour comprendre comment il a été monté… Oui bon, chacun ses délires!
Et du coup quand je sais le temps qu’il faut y consacrer et que je vois un bonnet vendu 5€ je n’ose même plus imaginer dans quelles conditions il a été conçu mais ça c’est un autre débat.
Apprendre le tricot m’a également permis de booster ma créativité.
« Oh et si je fais comme ça ça donne ça! Mais c’est génial! Tiens je vais faire ça pour offrir! Je suis sure que cette laine chinée plaira beaucoup à Monique! »
Et enfin, ça a été ma porte d’entrée vers les travaux manuels en général. Je me suis rendue compte que je m’étais fait toute une montagne d’apprendre le tricot. Lorsque je me suis rendue compte que c’était « facile » une fois la technique maitrisée j’ai eu un énorme déclic par rapport à tout ce que j’imaginais inaccessible!
D’accord, alors maintenant: Comment qu’est ce qu’on s’y prend?
Première étape: se fournir en aiguille et en laine (#captainobvious).
Pour commencer, les aiguilles en bambou sont très bien. Elles glissent moins que celles en fer et ne font pas le « tic-tic-tic » de grand-mère. On reste des nanas (ou des mecs) modernes!
En ce qui concerne la taille de celles-ci, je vous recommande la taille 9.
Et pour la laine, prendre une laine de 9mm également (ces informations se trouvent sur les pelotes, n’hésitez pas à demander de l’aide même aux personnes qui achètent dans le magasin si vous êtes perdu(e)s) de couleur claire! En effet, pour votre toute première création, privilégiez des couleurs claires car elles vous permettront de mieux voir ce que vous faites et vos éventuelles erreurs.
Petit aparté « conscious »: Si toi aussi tu tends vers le veganisme et que tu commences à suffoquer d’horreur, je comprend.
Pour ceux qui comme moi ont à cœur la défense des animaux je recommande la laine synthétique ou de la flanelle de coton qui sont de bonnes alternatives (après il y existe aussi le débat synthétique = polluant mais ça reste selon moi un pas vers un monde sans cruautés animales).
Quand j’ai commencé, je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir de souffrances animales derrière la laine puisqu’elle n’implique pas la mort de l’animal… Pauvre noub que j’étais!
Pour ceux que ça intéresse voici quelques articles sur le sujet:
Maintenant que vous êtes aware sur comment vous procurez de la laine de manière éthique et responsable il ne vous reste plus qu’à vous rendre chez Ecolaine, Eurodif ou autre (je suis preneuse de vos bonnes adresses sur Rennes).
Deuxième étape: se trouver un spot!
Étape bien plus importante qu’elle ne laisse penser!
Privilégiez donc un fauteuil ou un canapé avec des coussins sous vos coudes. Vous devez être confortables, sans ressentir aucunes gênes.
Pourquoi j’insiste lourdement sur ce point? Parce que dans l’euphorie des premiers temps, je me suis fait une tendinite au coude gauche! Outre le fait que mon entourage s’est bien foutu de ma tronche, ça fait bigrement mal!
Donc, on se cale dans un bon fauteuil avec coussins sous les bras, on se sert du thé ou un bon verre de rouge et en avant!
 
Troisième étape: se lancer!
Il ne vous reste plus qu’à vous munir de vos baguettes pour commencer à monter les mailles.
Ce qui est sympa pour commencer c’est le point mousse. Simple, il vous fera une belle écharpe pour commencer!
Calez une aiguille entre vos cuisses, déroulez une longueur de laine et faites un nœud sur votre aiguille.
Ensuite, vous allez monter votre première maille. Le mouvement se décompose en 5 temps:
1- Enroulez la longueur de laine qui ne mène pas à la pelote autour de votre index
2- Passez l’aiguille à l’intérieur
3- Enroulez la laine qui vient de la pelote par dessus la boucle que vous avez formé
4 – Passez la boucle de votre index droit par dessus l’aiguille et laissez la tomber
 5- Serrez en tirant doucement sur les deux fils

Ta-Da!

Buvez une gorgée de thé pour vous récompenser, vous l’avez méritée!
Il ne reste plus qu’à en monter une vingtaine.
Après avoir monté les mailles, on monte les rangs.
Et ça se fait aussi en quatre temps:
1- Piquez l’aiguille dans la maille d’avant en arrière
2- Enroulez le fil de la pelote autour de l’aiguille d’arrière en avant
3- Ramenez l’aiguille vers l’avant
4- Glissez la maille de gauche à droite jusqu’à la faire tomber
Ta-Da!
Finissez votre rang pour avoir droit à une autre gorgée de thé!
Et continuez jusqu’à la longueur souhaitée.
Une fois que vous avez terminé votre écharpe il ne reste plus qu’à fermer les mailles et c’est pas franchement l’étape la plus compliquée!
Tricotez deux mailles, passez la première au-dessus de la seconde et laissez la tomber.
Il ne reste plus qu’une maille sur l’aiguille droite, il faut alors aller en chercher une deuxième et recommencer jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une.
Il ne reste plus qu’à couper le fil et le passer dans cette dernière maille.
Ta-Da!
Bravo!
La leçon est terminée!
Pour les longueurs de fils qu’il vous reste, prenez une aiguille à laine et rentrez les fils dans les mailles, si vous coupez à ras, votre écharpe risque de se décomposer.
J’espère que ce premier article vous a plut!
Merci d’être là et de me lire!
À tantôt!

 

Publié dans DIY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s