La naturopathie, moi et mes règles

Oui je sais quand on est poli on dit « moi » en dernier, mais j’ai pas très envie d’être polie avec ces traitresses !

Elles sont normalement le signe que tout va bien dans ton corps, qu’il fonctionne parfaitement bien, ce n’est que le renouvellement des tissus avant tout.

Mais moi je douille et je sais que je ne suis pas seule ! Et quand je parle de douiller, ce n’est pas le petit inconfort que les plus chanceuses ressentent… Là je suis sur du level de malaises, nausées, sensation que mon utérus se prend des coups de battes à répétition et cerise sur le gâteau, déprime. Sachant que pour celles qui sont dans mon cas on a souvent tendance à se retrouver face à des gens qui tentent de minimiser la situation car ils ne peuvent malheureusement pas nous aider, il est compliqué de trouver une oreille prête à entendre à quel point cette situation est difficle de par sa nature répétitive.

J’ai donc décidé d’aller encore un peu plus loin que le traditionnel « ça ira mieux après ton premier enfant » parce que petit 1) je ne sais pas quand ça arrivera, petit 2) je n’ai pas à attendre ma première grossesse pour que ça aille mieux et petit 3) si j’avais suivi ce conseil je serais tombée enceinte à mes 20 ans !

En effet, pour toutes celles qui comme moi souffrent de ce passage obligatoire il y a ce que j’appellerai des « étapes de discours » :

  • à 15 ans : «  c’est normal, les premières règles sont toujours douloureuses. »

dessin-regle-sarah-illustration-3

  • à 18 ans : «  tu verras ça passera en vieillissant.« 
  • à 20 ans :  » ah oui c’est normal ça passera après ton premier enfant.« 
  • à 25 ans : «  tu as déjà envisagé une endométriose ? « 

th

J’ai donc appris ce qu’était l’endométriose à 25 ans en passant les tests qui vont avec. Et Dieu merci, je n’en suis pas atteinte et j’ai pu repartir de chez mon gynéco avec le traditionnel «  ça passera avec votre première grossesse « ….

TA GUEULE ! Désolée, c’est juste le signe de mon exaspération grandissante face à cette rengaine…

Je ne vais pas développer le sujet de l’endométriose car ce qui m’intéresse ici c’est de vous donner des pistes pour aller mieux si vous avez déjà consulté des médecins et que vous n’avez pas reçu l’aide que vous escomptiez.

Il n’empêche que mon problème a été pris au sérieux par la médecine 10 ans (!!!) après ma première plainte à ce sujet. Sachant que je suis chaque mois dans une situation handicapante qui m’empêche de réaliser n’importe quelle tâche normalement je trouve cela assez problématique.

D’autant que l’empathie manque cruellement à certains médecins dès lors que l’on aborde l’intimité féminine. Après tout ce ne sont QUE des règles douloureuses, pas de quoi en faire un fromage. Sauf que non.

C’est par ce raisonnement d’une femme de 27 ans épuisée de frapper aux portes pour demander de l’aide que je suis arrivée devant Anne-Flore.

Anne-Flore, elle est naturopathe.

Et là j’entends déjà Mireille me demander : « Bah Simone, c’est quoi une naturopathe ? « 

La naturopathie c’est aller à la source du problème pour le résoudre de manière permanente. Par exemple si tu as tendance à avoir des migraines, le naturopathe va chercher pourquoi tu as des migraines en allant analyser dans ton mode de vie les causes possibles et te proposer alors des réajustements pour qu’elles ne surviennent plus du tout. Alors que la médecine traditionnelle va plutôt t’apporter le soulagement à celles-ci.

Alors attention, je ne diabolise pas la médecine traditionnelle et j’encourage à voir les deux dans ce genre de cas : d’abord le médecin pour le soulagement puis le naturopathe pour chercher la cause et partir ainsi sur une solution dans le temps et surtout sans aide médicamenteuse.

Ce que j’aime avec la naturopathie, c’est que cette médecine dite « alternative » s’inscrit complètement dans ma vision du bien-être. Je tiens à respecter le plus possible mon corps et mon esprit. Je préfère me passer des médicaments, surtout que parfois ils amènent d’autres soucis et que l’on doit prendre d’autres médicaments pour combattre les effets secondaires du premier… Avec la naturopathie, on réajuste son environnement face aux troubles immédiats mais on anticipe aussi en éliminant tout ce qui pourrait être nocif à l’avenir. À mon sens ce n’est pas de la prévention mais un mode de vie, comme le yoga n’est pas un sport mais un état d’esprit.

J’ai trouvé chez Anne-Flore une personne à l’écoute, nous avons beaucoup discuté car dans mon cas l’historique s’étale tout de même sur 12 ans. Les pilules (dont je ne veux même plus entendre parler depuis 5 ans sont parfois un remède à ce problème mais contrairement à mon médecin qui pense que la solution est là, Anne-Flore m’a orienté vers de nouvelles pistes en restant attentive à me proposer des solutions qui sont en harmonie avec mon mode de vie.

En effet, la pilule contraceptive est souvent prescrite par les médecins dans ce genre de situation. Cependant, l’idée même de « perturber » ce cycle naturel par des hormones ne m’inspire pas confiance. Ce n’est que mon avis, mais après avoir testé plusieurs pilules et un implanon qui a fini par me faire avoir des règles de 4 semaines, on peut dire de mon avis qu’il est bien tranché. Et c’est aussi cette expérience (qui fut très pénible comme vous pouvez l’imaginer) qui m’a définitivement rendue méfiante à ce sujet envers les médecins traditionnels.

Après analyse, Anne Flore m’a donc adressé une sorte de programme qui ne change pas ma façon de vivre, ce sont plus des réajustements qu’une transformation. Je ne supporterai pas l’idée d’être mise au régime par exemple, ou de devoir suivre des menus à la lettre et sans écarts.

Ce programme m’est adressé personnellement, si vous souhaitez traiter ce genre de soucis je vous recommande de prendre un rendez-vous avec un naturopathe et je vous conseille ( si vous êtes de Rennes ou Saint-Malo ) de vous adresser à Anne-Flore Martinez qui saura vous accueillir et vous construire votre programme.

Mon programme dans les grandes lignes

Pas mal de choses vont se passer du côté de mon alimentation. Je dois me procurer une source d’oméga 3 à chaque repas (et pas de la ISIO 4 hein !), je vais trouver cet apport dans les noix, les graines de lin ou de chia et l’huile de colza, lin, noix ou chanvre.

Il faut aussi que j’apprenne à mastiquer… Et oui, je viens d’une famille où l’on se jette littéralement sur la nourriture et où l’on mange à une vitesse clairement effrayante.

maybe-even-eating-contest-because-why-camp
On a pas le teeeeeemps !

Je vais aussi tester pendant 3 mois un mode alimentaire dissocié : c’est à dire protéine + légumes ou féculent + légumes, il est vrai que pour le moment j’ai plutôt tendance à mettre les  3 dans mon assiettes ou même juste protéine + féculent.

Et enfin la mesure « detox« , en effet le fait que mes règles soient aussi douloureuses pourrait venir du fait qu’elles jouent aussi un rôle d’élimination des toxines qu’elles ne devraient pas avoir. Pour cela, je vais devoir reposer une fois par semaine mon organisme en pratiquant une mono-diète. Pendant une journée je ne consommerais qu’un aliment : pomme, carotte, patate douce, banane… sous toutes ces formes et bien sur eau et infusions à volonté. Bon clairement, à la tête que j’ai tiré à cette annonce Anne-Flore a bien senti que cette idée de diète ne m’enchantait guère, mais cet aliment je peux le cuisiner comme je veux, c’est donc l’occasion de faire parler ma créativité culinaire !

Elle m’a également donné quelques huiles essentielles et d’autres petites astuces pour les douleurs puisque ce programme doit être tenu sur  3 mois  pour que j’en ressente les bienfaits.

Pour aller plus loin j’ai également décidé de passer à la cup (comme je vous en parlais déjà dans Conscious February) pour réduire mes déchets mais aussi parce que les tampons et les serviettes hygiéniques dégagent des molécules assez nocives qui n’aident pas aux douleurs menstruelles. Cet article du Monde explique qu’il y aurait les mêmes pesticides qu’utilise Monsanto dans son tristement célèbre Roundup. Et cet autre article montre aussi que les serviettes hygiéniques ne sont pas épargnées par les substances chimiques cheloues (oui j’accorde chelou au féminin pluriel si je veux !).

th

J’y crois,  je pense que je tiens le bon bout, j’espère revenir vers vous dans trois mois pour confirmer tout ça, et si ce n’est pas le cas, il ne me restera plus qu’à tomber enceinte !

Devenir végétalienne a déjà diminué ces douleurs ce qui me fait penser qu’elle a vraiment mis le doigt sur l’origine de mon problème avec l’évacuation des toxines. Et oui, depuis cette transition je mange moins de produits industriels et plus du tout de viande ou de produits qui continent du lait ou des œufs et qui sont de fait plus compliqués à digérer (surtout quand on les gobent…).

Anne-Flore pratique aussi des massages shiatsu et je pense la revoir très rapidement à ce sujet !

Je suis curieuse de vos expériences à ce sujet, vous êtes vous déjà laisser tenter par la naturopathie et les massages shiatsu ? Qu’en avez-vous pensé ?

J’espère vous avoir apporté de nouvelles pistes de réflexion, à très vite !

Publicités

2 commentaires sur « La naturopathie, moi et mes règles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s